DEVENEZ PARTENAIRE
Vous êtes le 0ème visiteur.

Les news de l'équipe



Précédent     | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 |     Suivant
Page 2

En route pour la CCC!!! J-4
25.08.2014

Lefebvre Thibaut

Equipe Run In Raid CCC: Sébastien Cartella- Antoine Lefebvre- Thibaut Lefebvre

Nous souhaitons citer et remercier d'ores et déjà les partenaires et sponsors qui nous aident pour ce projet:
- Entreprise ZILMIA:dont de 100euros et une paire de bâtons offerts.
- Entreprise TSOI:100euros
- Entreprise MOGAMAT:150 euros

- Running Conseil St Pierre pour le conseil, la donation de matériel divers et bon de réductions sur l'achat des textiles.

Merci à Seb pour ce bon boulot ;-)

Merci à eux!!!


Lefebvre Thibaut   

Trail du Grand Ouest samedi 02 août 2014
11.08.2014

Jussiaume Mickaël

Aprés une conforatble nuit à La plaine st Paul – à 15mn du départ- conditions idéales – merci Cédric&Julie
Départ dans une rue du Port’ prés d‘un stade....5h – rond point des danseuses- zones industrielle- contournement du Jumbo...fin du bitume et sentier de berge de la rivière des galets...
Parti sans échauffement, je laisse couler et remonte tranquille....Piste de la rivière des galets, la remontée continue et je me retrouve au bénéfice d’un accordéon pour passer un gué au sec en équilibre sur les rochers, avec 3 coureurs (Dijoux CAPP...) dont le tempo me convient... en forçant un peu tout de même...manque récurrent de vitesse..je croque une barre de céréales maison (manque un peu de sucré et attaque une power-barre).je laisse couler au dernier radier 500m avant le ravitaillement.... je sent le talon d mais rien de trop gênant... Tout va bien, 1h05 comme prévu... 1er ravitaillement 2 Bras...Parti avec 1l de st-yorre dans le camel et 1bidon de boisson Nrgtique, je prends trop de temps juste pour remplir mon bidon avec ma poudre (à trouver système sans ôter sac..).
Je relâche un peu, ça me plait ces traversée de rivière sur les galets, le jour pointe je remonte tranquillement dans le sentier sinueux dans le lit de la rivière des galets, un régal, jusqu’au pied de la montée des lataniers..... 2 coureurs partent... je prends mon rythme, sort les bâtons (objet de qq moukatages) et remonte tranquillement une dizaine de place avant les orangers.... R2 -(trop long) j’ai fini ma power-barre (impec) et pris un gel décathlon 60g dans la montée), je suis en 2h35 et me dit que ce sera juste pour le maido en 4h... Je perds qq places au ravito..
Bien que descendant me semble-t-il rythmé du plateau des orangers -plus personne dans la descente- ils ont disparu... partis très fort .. mais bon, je gratte 5 places avant la brèche....3h05...Paillard le 1er du 30km viens de me passer dans le dernier lacets, il court mais parait souffrir et pas s’amuser... moi je m’éclate... temps-paysages magnifiques-t° idéale.... je continue de grignoter des places... Allo-Vince(déjà en place.... au Maido) j’arrive..
Le soleil frappe maintenant notre partie de sentier, sans trop échauffer l’air, Qq centaine des mètres à discuter avec le second du trente relax, bien sympa et il monte pas beaucoup plus vite que moi....je m’abstiens néanmoins de le suivre, il y a de la route... et ma remontée continue, je mâche un bout de cake-curcuma-pdt-graines maison et le recrache recette à revoir – plus de sel ?)
Seuls les 4 1ers du 30km partis 30mn plus tard que nous, me passeront en douceur avant Ti-col rien d’impressionnant....je trotte raisonnablement dans les « plats » de la partie haute..douce chaleur...mais je veille à ne pas être en nage... y a du monde au col.... I fell good.. le dernier raidillon passe impec... Super Vince est au RDV pour un top ravito....on se pause juste avant le pointage.... plein de st-yorre- de poudre- j’oublie les fruits-sec-mns chocnoir- je serais pas en surcharge- voir un peu juste du coup...( besoin de mieux organiser ravito ).... Je mets la casquette. C’est reparti un peu seul- loin devant –loin derrière. Un poil frisquet, j’hésite à me couvrir, mais cela passe bien, la piste et longue, j’arrive à trottiner (je m’étire en marchant, le petit début de crampe à l’occasion d’un dépassement dans le Maïdo mollet gauche passe et le point ischio droit me gène pas...). Usante cette piste, j’aimerai courir plus et plus vite....je reprends 4 places avant la glacière....(dommage ai oublié mon temps de passage)
Après la piste, cela va devenir plus difficile.....mon pied droit me gène- manque de souplesse de jeu de jambes- le dessous des pieds me brûle- je pense avoir des ampoules mais rien à l’arrivée (pbs de circulation ou de semelle sorbothane ?)- 2 coureurs me remontent dont MYRTAL, je mène un bout, mais mes pieds me trahissent alors que cette section hyper-technique serait pour me plaire.... les 2 compères partent et je suis impuissant avec une impression de sur-place malgré de bonnes jambes.... avant Piton rouge- je croise un groupe avec VELIA comme AMM et Fanny médiatricede l’ouest... Pas de ravito au piton rouge, je peste (n’ayant pas retiré mon dossard moi-même-grd merci au frère de Thibaut, je n’ai pas pris connaissance des changements 2 ravitos en moins...sur cette section).
Entre les pieds très douloureux (j’agite les orteils « engourdi pour faire affluer le sang..), le balisage very ligth(un moment, je fais demi-tour 100m et un coureur me confirme le bon chemin- je ne peux l’accrocher et ne le reverrai pas) sur cette section qui me parait interminable- sans âme qui vive....et la disparition des ravitos- le moral est légèrement en berne.. Bon, je n’aurais perdu que 4 places avant le dernier ravito mais bien perdu 10mn... Enfin, on se sent dans le Far-west avec ces savanes rocailleuses.
Content de trouver la Rf béton(c-fou) et le dernier ravitaillement ou je trainasse, 1 concurrent égaré à piton-rouge vient rendre son dossard- ils seraient 4 dans ce cas (descendu vers le gite des tamarins..)...Environ 6h de course, il reste 16km..cela me parait cuit pour les 7h- peu importe on va rentrer et pas s’occuper du reste. Je mets la musique et repars avec un coureur....3 autres (dont un duo) me passent sur la piste forestière.... pas d’humeur à m’accrocher...un gel les jambes sont bonnes, nous quittons la forêt pour traverser des pâturages, 2 puis 3 coureurs en ligne de mire, je suis repris dans descente béton diabolique qui enchaine sur une sente au milieux des cultures tout aussi raide... avec des panoramas superbes sur la côte et dans la bosse béton qui suit (sommes à quatre et 1 visible à une centaine de mètres) ... il ne reste que de la descente en béton, je lâche les watts, fais monter l’adrénaline avec des cris « hurlements » venus du fond de mon cortex reptilien- et ça marche les jambes accélèrent- je fini mon last et 2éme gel du jour... personne ne me suis et je prends le concurrent qui était à 100m et un autre encore avant la ligne finale, qu’un moment je crains un peu loin... 6 places de reprises donc juste perdu une place sur les 16 derniers kms...
Ouf c’est arrivé – fini- content - dommage ces pieds et cet handicap sur cette longue section technique du piton rouge.... y a matière à analyser.. les anti-bio depuis lundi pour cause de douleur dentaire (...) ne semblent pas m’avoir gêné mais sans effets sur les dents...(amoxiciline Zentiva)
Retour auto « espagnol » avec Urko et sa conductrice – fort sympathiques..
Petite remarques de l’analyste sportif de Run in Raid Thibaut L même temps sur 2 courses successives à 8 secondes prés et quasi même place scratch 21 et 22éme.


Jussiaume Mickaël   

DODO X-trem Trail île Maurice samedi 13 juillet 2014
11.08.2014

Jussiaume Mickaël

Départ sur l’arrière plage du Morne, il souffle un vent du diable, légère bruine qui ne durera pas,..
Le coup de pistolet est donné de nuit au milieu des bourrasques et derrière un 4x4 lançant des feux d’artifices – ambiance. Après la plage un chemin carrossable très roulant –tunnel végétal – je retrouve dans la lueur des frontales Ianis T que j’avais rencontré au KMvertical de la roche écrite en mai nos foulées et discussions s’accordent bien- QQs Km de bitume sans voiture et traversant des hameaux fantomatiques le vent nous gène peu, remontons qqs groupes et Estelle Carret nous rattrape environ 1km avant la fin du macadam....
Enfin de la piste et de la bonne bosse, sommes 4 Ia-Eric-Es et alternons marche et course, une aube grise se lève timidement lorsque nous atteignons la crête... ambiance forestière tracé droit dans la pente le long de clôture à cerfs... malgré le gris; les panoramas coté lagon comme coté montagnes forestières sont superbes...ce n’est qu’un avant gout ....j’adore ça.
Depuis le bitume une douleur sous le pied droit me gène surtout sur les portions courantes et descente– aponévrose-gène du au strap pourtant peu serré ?? (prévention inutile en fait suite petite entorse de juin
KM 12, 1er er ravito, je me pause qqs instants- Es fîle direct elle veut rattrapper la sud africaine que nous ne verrons jamais- je repars doucement et douloureusement avec Ya- re-crêtes démoniaques pour la vue et droit dans la pente- je rage un peu de ne pas pouvoir aller plus vite et pense parfois que cela risque de se finir en marchant- ça risque d’être long- je me répète que cela va passer....
donc relax jusqu’au ravito 2-KM16 pas repris d’eau juste rempli petit bidon Bnrgtique, traversée de route et c reparti en trainant la patte et gène pour les parties courantes- manque de « souplesse ». C’est pénible...
Belle montée technique vers le sommet du Piton de la rivière noire( alt830) on navigue en forêt en utilisant un peu les main avec qqs portions grasses et qq goyavier dans une belle forêt altimontaine... cela me rappel un peu les courses Antillaises et notamment le Tchimbé –raid... enfin c beaucoup plus facile et sec ici... on remonte Silain le rodrigais- et sortons de la forêt la tête dans les nuages,
Ianis coince un peu, il manque d’eau, mais cela me dérange pas trop vu le pied... crête grasse et descente bien raide, progressivement on quitte, le gras et les brumes, le relief reste très raide, c de plus en plus sec , qqs cordes et points de vues sur un vallon exclusivement forestier – on partage la flotte...
j’enrage de ne pas mieux pouvoir dévaler de telles pentes si techniques qui m’iraient à ravir....
KM25, ravito 3 – pas de sac ?? pas de st yorre ni de barres- pas grave – c du luxe- les bénévoles très sympa on pas l’air au courant des sacs assistance ??, traversée au sec de la rivière-montée raide à marcher le pied va bien et cela s’adoucit, mais cela devrait courir là dedans... Ianis reste calé à qq dizaines mètres, on arrive au début de la boucle, rattrapons le parcours du 25km et croisons 2 coureurs Xtréme (très peu équipés-W le mauricien sans rien juste une bouteille d’eau à la main...encore une épreuve ou le règlement n’est pas appliqué..), sur ces parties herbeuses, le passage du 25km est bien visible et le terrain bien gras j’alterne trot et marche selon le relief, je suis bien.... Globalement montant avec qq raidillons.
On rejoint une piste béton et je courre jusqu’au ravito 3-KM32 ou me rejoint Ianis, il attaque la descente très-très raide en terre avec des marches défoncées et glissantes, fin de boucle, on croise des coureurs du 50. C Bon, le pied ne se fait plus sentir, ça continue de descendre raide et technique mais plus sec, enfin je m’amuse et dévale à tombeau ouvert.....
Forêt sèche et feuilles craquante et voilà « la sortie » du Parc des gorges de la rivière noire, sur le roulant –puis la route je maintiens la cadence et commence à avaler la queue du 25km....montée technique dans les rochers-échelle+chasseur-enclos à cerfs et piste technique- ça descend doux pour contourner une prairie et on voit la montée suivante avec des participants, je mets le MP3... et dés le plateau, je me remet à courir. Ca va de mieux en mieux, nous voilà dans des prairies sèches toutes jaunes et on voit la dernière ascension de la Tourelle du Tamarin, C superbe... on contourne une zone en construction, haute échelle(3m) pour clôture à cerfs- ravito 5 km 39... sommes dans des milieux hyper-sec- je retrouve Eric, on alterne course et marche dans la montée raide- et déboulons dans le descente, les concurrents du 25 sont de plus en plus nombreux- je chante et court dans la montée suivante en incluant qqs portions marché lorsque très raide-vieux réflexe d’économie- j’ai une patate- j’en oublie une peu la gestion du miam...
Il fait pas trop chaud conditions thermiques idéales et petite brise, alors ça doit pouvoir cuire grave ici...
Ravito 6-KM43, je reprends de l’eau mais ne mange qu’une demi barre (idiot) et ne rempli pas mon bidon de boisson Nrgtique, ne repartant qu’avec un gel et une barre, c’est raide- besoin de mains, on longe une clôture sur crête et les panoramas sont « dantesque » sur 180°, la faim se fait sentir –quel âne- j’avale my last barre et fait durer le last gel- j’ai plus rien que de l’eau – quel amateur.
Au sommet de La tourelle de Tamarin alt 550 un inoubliable 360 nous attends.....coté mer,le regard embrasse la Baie de Tamarin jusqu’au morne au pied duquel nous sommes partis ce matin.... coté terre d’immenses plantations de cannes, des crêtes déchirés témoignant de l’érosion de cette « vielle île » (3 Millions d’années)..... Et c’est parti pour une 550 de descente sur une sente étroite et hyper-sèche avec des matériaux fins et de la végétation éricoïde munie de grands piquants – Whaou, je m’éclate, les coureurs du 25 sont très fair-play et m’entendant arriver (certes je chante à tue-tête)- malgré la chaleur et un petit creux- je trouve cela presque court- et dés la piste caillouteuse- mode course rapide sur les derniers KM roulant.....encore une traversée de rivière et qqs centaines de mètres plats sur berge herbeuse- mes plus fidèles supporters sont là TDJS, et je fini les 200 derniers mètres avec TOM.
Quel superbe parcours, je me suis vraiment régalé sur la fin avec d’excellentes sensations...dommageLes 33km avec Ianis bien sympa..
Bon je n’arrive lus qu’a poser la pointe du pied droit ; il en sera ainsi durant 3j.... Douche-ostéo glaçage en externe et interne ( un régal) – repas organisation 2 daipouri c hyper léger après un tel effort....

L’objectif de 6h30 était réaliste en courant tout sur 2 pieds.....3éme V1, le 1er n’est qu’a 6mn..... 3éme féminine la première une blonde Sud-africaine (Yves va encore rigoler...) est à 20min...


Jussiaume Mickaël   

Le Piton des Neiges en courant....tout en courant -08-06-2014
11.08.2014

Jussiaume Mickaël

Cela me trottait dans un coin de mon encéphale depuis un moment, de monter le Bloc tout en courant.... et puis compte-tenu de mon travail spécifique en côte depuis 6 mois et les progrès observés, je me suis fait plus gourmand...et si on allait plus haut.
Du coup profitant d’un week-end familial, à Cilaos.....

Parti vers 5h du matin ce dimanche 8 juin depuis la case rue de St-louis, situé à l’entrée du bourg environ 300m du stade....
Parti très prudent de nuit, car pas très sûr de la réussite de mon jeu du jour... Il faisait bon et le ciel était bien dégagé.... Départ en buff et coupe-vent ôté avant le pied du bloc...
Stade-plan d’eau-route du petit matharun...RD montant jusqu’au pied du bloc en 26mn,les jambes paraissent lourdes mais dès les premiers escaliers j’alterne avec le « promenons nous dans les bois » ça passe mieux en dansant....
Abri du petit Matarum atteint en 1h04 micro-pause (moins de 2mn) pour remettre le coupe-vent, ça fraichit en montant... et « croquer » un morceau de cake curcuma-boucané-graines.
J’arrive à échanger 2 mots avec les quelques randonneurs ou traileurs (vu l’équipement ) que je dépasse, pas d’ essoufflement et quelques relances prudentes sur les parties plates...
Je me régale et le haut du bloc me parait à porté de jarrets...
Haut du bloc en 1h44 soit 1h18 de montée sur le sentier (en 2010 cross du piton arrêté au gite, avec POP nous avions mis 1h33 depuis le stade via la route forestière de la roche merveilleuse qui rallonge certes bien..et rajoute un peu de dénivelé).
Tout va bien, les jambes légères, le souffle détendu, micro-arrêt (moins de 2mn) pour profiter du panorama sur Cilaos, boire un coup de sucré et croquer un bout de cake...

La suite après le gîte deviens plus difficile avec les blocs qui roulent et les grandes marches, et l’altitude commence à se faire sentir sur le souffle, enfin tout va bien, les jambes grimpent. Après la 1ére crête dans le premier talweg, je quitte le sentier actuel pour prendre l’ancien, l’historique qui monte direct sur la crête sous le Piton des Neiges. La trace est un peu moins marqué par endroits, mais on la retrouve très facilement, et surtout, on est seul dans cet univers minéral coloré. La sortie du talweg pour accéder à la crête est bien raide, avec des scories et lapillis, et là les pulsations montent et le souffle s’emballe... Ainsi sur les 500 derniers mètres (voir moins) et les 100 derniers de dénivelé, la granulométrie conjuguée au manque d’air me contraignent à 3 arrêts d’une dizaine-vingtaine ??? de secondes pour reprendre de l’air. Mais comme dirait Bigard, "on va pas s’arrêter si proche du bol de sangria" ..
Je prends un poil en oblique pour déboucher sur le sentier classique 10m sous le sommet qui grouille de monde...c’est un peu surréaliste cette fréquentation (plus de 50 personnes agglutinées).

2h34 alt 3070m, soit 2h08 depuis le pied du bloc, la dernière section à vraiment été longue.... mais c’est fait –sans marcher- avec qq micro-arrêts et un paysage toujours époustouflant....

10mn de pause une barre Bee-natural venue de « Aussie » ²(thanks-Raph), je me délecte, 10mn de pause.......je sors le mp3 et c’est reparti, je sens un peu les cuisses mais sans gène pour la descente......même trajet....3h14 haut du bloc-3h34 abri du petit matharum-4h06 pied du bloc-4h25 gîte.... en fait c’est à peine une sortie longue avec environ 1900m de D+. Vive le cake au curcuma!

Quel beau début de journée......

Le lendemain 6h08 et D+2200 pour rentrer la case via Bras-sec – Mare à Joseph-Kerveguen- Mollaret- Grand-bassin – Bois court.... Quel beau week-end!


Jussiaume Mickaël   

Précédent     | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 |     Suivant


Accès aux membres    Réalisé par CASE22